Édito

ENTREPRISE ET ENTREPRISE

D’ un côté, l’Entreprise mondiale :

Elle est caractérisée par la globalisation des marchés, l’anonymat de la propriété, la recherche du profit immédiat et des dividendes maximum, une déshumanisation des rapports sociaux et une irresponsabilité d’engagement personnel de ses dirigeants qui la plupart du temps ne sont pas des « patrons » mais plutôt des administrateurs.

De l’autre,  l’Entreprise familiale :

Caractérisée par la prise de risque individuel et dans la grande majorité des cas par la pratique des valeurs humaines, une proximité avec les interlocuteurs et un enracinement à long terme dans le territoire.
Bien que ces entreprises représentent 94% des entreprises pour les moins de 10 salariés et 93,03% pour les moins de 50, les règles, les lois, les aménagements, les accords conclus avec les pouvoirs publics sont faits depuis 40 ans, pour et par les grandes entreprises et sont par conséquent inadaptés à nos TPE
C’est pourquoi la CPME constitue le seul levier, sur lequel ,NOUS, petits entrepreneurs, puissions agir pour infléchir les décisions parfois ubuesques du gouvernement. Mais, il y a une condition à cela, elle s’appelle la représentativité.

Cette représentativité est directement liée au nombre d’adhérents. C’est la raison pour laquelle il est vital que nous soyons nombreux pour espérer, un tant soit peu, nous faire entendre des pouvoirs publics.

Xavier de PONCHEVILLE

Président CPME 86